Pourquoi la terre tremble-t-elle ?

Un tremblement de terre est une secousse plus ou moins violente du sol qui peut avoir trois origines : rupture d’une faille ou d’un segment de faille ; intrusion et dégazage d’un magma volcanique ; explosion, effondrement d’une cavité (séismes d’origine naturelle ou dus à l’activité humaine.

En pratique on classe les séismes en trois catégories selon les phénomènes qui les ont engendrés :

Les séismes tectoniques sont de loin les plus fréquents et dévastateurs. Une grande partie des séismes tectoniques se produisent aux limites des plaques, où il existe un glissement entre deux milieux rocheux. Ce glissement, localisé sur une ou plusieurs failles, est bloqué durant les périodes inter-sismiques (entre les séismes), et l’énergie s’accumule par la déformation élastique des roches. Cette énergie et le glissement sont brusquement relâchés lors des séismes.
Le relâchement de l’énergie accumulée ne se fait généralement pas en une seule secousse, et il peut se produire plusieurs réajustements avant de retrouver une configuration stable. Ainsi, on constate des répliques suite à la secousse principale d’un séisme, d’amplitudedécroissante, et sur une durée allant de quelques minutes à plus d’un an. Ces secousses secondaires sont parfois plus dévastatrices que la secousse principale, car elles peuvent faire s’écrouler des bâtiments qui n’avaient été qu’endommagés, alors que les secours sont à l’œuvre.

Les séismes d’origine volcanique résultent de l’accumulation de magma dans la chambre magmatique d’un volcan. Les sismographes enregistrent alors une multitude de microséismes (trémor) dus à des ruptures dans les roches comprimées ou au dégazage du magma. La remontée progressive des hypocentres (liée à la remontée du magma) est un indice prouvant que le volcan est en phase de réveil et qu’une éruption est imminente.

Les séismes d’origine artificielle (ou « séismes induits ») sont dus à certaines activités humaines telles que barrages, pompages profonds, extraction minière, explosions souterraines ou nucléaires peuvent entraîner des séismes de faible à moyenne magnitude.

Les tremblements de terre engendrent parfois des tsunamis, dont la puissance destructrice menace une part croissante de l’humanité, installée en bordure de mer.

La puissance d’un tremblement de terre peut être quantifiée par sa magnitude, notion introduite en 1935 par le sismologue Charles Francis Richter.

La magnitude se calcule à partir des différents types d’ondes sismiques en tenant compte de paramètres comme la distance à l’épicentre, la profondeur de l’hypocentre, la fréquence du signal, le type de sismographe utilisé, etc.

La magnitude n’est pas une échelle mais une fonction continue logarithmique   . En raison de ce caractère logarithmique, lorsque l’amplitude du mouvement ou l’énergie libérée par le séisme varient d’un facteur 10, la magnitude change d’une unité. Ainsi, un séisme de magnitude 7 sera dix fois plus fort qu’un évènement de magnitude 6, cent fois plus fort qu’un de magnitude 5.(…)

La magnitude d’un séisme ne doit pas être confondue avec l’intensité macrosismique qui se fonde sur l’observation des effets et des conséquences du séisme en un lieu donné: vibration des fenêtres, nombre de personnes qui ressentent les secousses, ampleur des dégâts, etc  . Les échelles d’intensité comportent des degrés notés en nombres romains, de I à XII pour les échelles les plus connues (Mercalli, MSK ou EMS).